Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 10:59

    Figurez vous Mesdames que le,parachutiste militaire , quand j'avais vingt ans ne commandait pas l'ouverture de son parachute, ce bout de tissus qui le dépose gentiment au sol........ gentiment non pas tellement .
    Gentiment c'est pas le mot , car , si aujourd'hui un parachutiste civil peut atterrir sur des ballerines , nous c'était beaucoup plus brutal et tu te pétais une cheville comme un rien .
    Mais revenons a notre départ le saut de l'avion . Les petits militaires en 1954 , là bas en Algérie sautaient en ouverture automatique sur le fameux Junker 52 , (appelé "tante jeanne") , poussif , qui larguait se rivets autant que les paras . Mais avec lui le fameux choc a l'ouverture était presque doux . Le plus stressant c'était le décollage . Par le hublot tu voyais la piste défiler ,toujours la piste ,la piste ,la piste  , les ailes qui tremblaient comme des feuilles au vent d'automne........ et enfin la libération , il a décollé !
  embarquement.jpg  Par la suite nous avons eu des avions plus modernes , le C47 , le fameux Dakota du jour le plus long , puis le Packet C119 et surtout le bon Nord 2000 , le Nord Atlas . Avec eux en saut automatique suspente d'abord , presque plus de choc a l'ouverture , du gâteau mon Prince !
    Mais pour en arriver là il nous a fallut subir le choc a l'ouverture en sortant voilure d'abord du C47 trop rapide . C'était horrible , un vrai pantin , les ambarq.jpg   c119.jpg

jambes ,les bras faisaient penser a un sémaphore quand le casque , mal sérré , te broyait le nez  ......... Vous vous êtes déjà amusé a traverser la barre de l'océan , de la Chambre d'amour  a Biarritz , ou vous avez d'être dans un machine a laver .....c'était presque cela !
 dakota.jpg   Ma premier angoisse de retard a l'ouverture a été en passant du pliage voilure d'abord  au pliage suspente d'abord ....... habitué a l'ouverture immédiate de la voilure dans le vent des hélices .....je me suis dit " mais il ne s'ouvre pas ce con " et ma main cherchait déjà la poignée du ventral ,le parachute de secours ! Mais il fallait seulement être patient et la grande corolle blanche de ton " pépin " venait t'abriter du soleil .
    Explication pour ces dames , l'ouverture automatique se fait ainsi . Un grand câble d'acier et tendu a hauteur du plafond de la carlingue sur lequel avec un mousqueton on accroche la sangle qui va , lorsque tu saute de l'avion extraire le parachute . Cela va se faire en sortant en premier soit la voilure soit les suspentes .Si ce sont les suspente , tu sort du vent des hélices et l'ouverture est presque douce . Voila ,voila .......
au-sol.jpg    Passé cette premier petite angoisse , j'ai eu un jour un gros problèmes . Comme a chaque saut mentalement je comptais les secondes avant l'ouverture ....... et puis rien . J'avais bien sentit le décrochage de la sangle mais rien , la voilure ne s'était pas ouverte ........ n'était pas ouverte ....... putain , elle n'est pas ouverte .  Et dans ta tête cela tourne vite , heureusement j' étais , par réflexe , bien a plat et je serrais la poignée du ventral . Mais dans ma tête aussi je voyais le résultat d'un ventral emmêlé dans le dorsal .....la trop fameuse chandelle qui se terminait généralement tragiquement ......... a ce moment là , violente traction vers le haut , mon dorsal venait de s'ouvrir !
    ET bien mon gars me dit le moniteur au sol tu t'ai fait un bon retard a l'ouverture et en passant en bout de DZ '( zone de largage )devant la Jeep du Capitaine , il m'a fait un petite signe de la main,pouce levé ...........

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Pardon c'est Hubert. <br />
Répondre
J
<br /> <br /> ....pardonné....<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Comme promis, un petit bonjour lors de mon passage sur cet album. <br /> <br /> <br /> J'ai tout lu, respect à Hugues aussi. <br /> <br /> <br /> Alain <br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
J
<br /> <br /> J'ai bien rectifié <br /> <br /> <br /> Les paras c'est une grande histoires.....les mousquetaires ou les hussards de notre époque....il y a d'ailleur<br /> <br /> <br /> des régiments de hussards parachutistes , les RHP<br /> <br /> <br /> Bonsoir Alain<br /> <br /> <br /> Jean<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> J'ai oublié de te dire, concernant le béret, que j'ai été de ceux qui ont porté le béret kaki clair. Le ministre de la défense était, à l'époque, Messmer, qui avait décidé, bien qu'étant lui-même<br /> ancien para, de faire rentrer ceux-ci dans le rang. Il a supprimé la tenue Cam pour la remplacer par la tenue F1 vert olive et a interdit le port du béret rouge avec la tenue d'été.<br /> Nous qui , au 1er RPIMa, venions de percevoir les nouvelles tenues de sortie en tergal (une innovation pour l'époque) cela la foutait un peu mal aussi, dès que nous avions franchis les limites de<br /> la caserne, le béret rouge surgissait d'on ne sais où. Jamais la PM ne nous a dit quelque chose lorsque nous la croisions.<br /> <br /> <br /> Heureusement, cette hérésie n'a pas duré longtemps et l'interdiction a été levée, suite aux diverses protestations des régiments, pendant que j'étais à la BETAP si bien que dès que j'ai eu ma<br /> plaque à vélo, j'ai pu porter le béret rouge. Il ne m'a jamais quitté et c'est toujours le même que je porte actuellement<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Hubert<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Super votre réaction les marsouins .....<br /> <br /> <br /> J'étais en rage quand une année au défilé du 14 juillet j'ai vu un régiment para en tenu ordinaire....Mais tu sais je crois que la décision venait de plus il fallit punir ces régiments<br /> désobéissants . Nous l'avons payer cher notre sens de l'honneur !<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas compris non plus le dernier 14 juillet .<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Jean<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> Bonjour Jean,<br /> <br /> <br /> Pour ce qui est du béret bleu, je sais de quoi tu parles. Je suis secrétaire d'une section UNP forte de 160 membres et nous avons des anciens du 1e RCP; Bien qu'ils admettent que le fait d'avoir<br /> regroupé tous les paras sous une même couleur de béret ait été une bonne chose, ils ont toujours la nostalgie du béret bleu et certains le portent encore lors de cerémonies. Dans quelques jours,<br /> nous allons fêter la St Michel et je  mettrais ma main à couper que ces anciens porteront le béret bleu. Notre doyen a 94 ans, il a sauté en Hollande avec les S.A.S.  Essaye de lui<br /> faire mettre un autre béret que son béret anglais amarante avec l'insigne en tissu "Who dare wins" et tu vas avoir du sport.<br /> <br /> <br /> Je trouve cela normal, tout comme je tiens à ma pucelle du 1e RPIMa, c'est une question sentimentale et je respecte l'avis des autres surtout quand ils sont plus anciens que moi et ont accompli<br /> des missions dont on ne parlerais même pas de nos jours. C'est une question de respect. A l'UNP, nous pratiquons le salut militaire lorsque nous sommes en tenue. Je me fais souvent reprendre mais<br /> je salue chaque ancien qui arbore une Médaille Militaire ou une Légion d'honneur. C'est ce qu'on m'a appris à mon incorporation et ce n'est pas à 64 ans que l'on me fera changer<br /> <br /> <br /> J'ai été breveté le 3 juillet 1967, comparativement à toi, je suis un gamin et tu as raison. Nous sautions avec le TAP 661 qui était à ouverture "suspentes d'abord" Donc je ne connais pas le choc<br /> de l'ouverture avec voilure d'abord. Je n'ai fait qu'un saut d'hélicoptère. Avant ce saut, les largueurs nous ont dit de bien faire attention à mettre les jambières du harnais correctement si on<br /> ne voulait pas jouer les castrats . Ils disaient qu'avec l'hélico , nous n'étions pas projetés en arrière par le vent des hélices de l'avion mais que nous "plombions"comme des pierre et que cela<br /> etait comparatif avec un saut avec voilure d'abord.<br /> <br /> <br /> Il est certain que les techniques et le matériel ont énormément changé, et c'est un bien pour nos jeunes qui les utilisent. Mais si c'était à refaire, je crois que j'opterais encore pour celui<br /> que nous avons connu. Durant mes classes à Bayonne, j'ai appris le maniement des armes avec le Mas 36. Nous trouvions cet arme désuète comparativement à nos Mas 49/56 et nos Mat 49 aussi<br /> qu'est-ce que doivent penser les jeunes de maintenant qui ont tous des FAMAS.<br /> <br /> <br /> Quand à la confiance envers ceux qui pliaient nos pépins, elle était grande et, tout comme toi, nous avions une confiance aveugle en notre pépin, sinon personne n'aurait sauté. Nous n'y pensions<br /> même pas et lorsqu'après le saut, nous remplissions la PTS nous étions ravis d'écrire RAS. A part une double torche, je n'ai jamais vu ou connu de gros incidents d'ouverture. Pour le gars à qui<br /> la torche est arrivée, il est tombé dans une rizière et a eu "seulement" une fracture du bassin  et une du bras mais il est vivant.<br /> <br /> <br /> J'ai entendu, comme tout le monde, des gars dire qu'ils avaient vu des parachutes accrochés à la queue de l'avion, mais je ne sais pas si c'est vrai car les plus gros incidents que j'ai connu<br /> étaient des doubles coupoles, des torsades, ou des pompages d'air, rien de bien méchant.<br /> <br /> <br /> Merci pour ces petits instants qui nous ramènent des dizaines d'années en arrière et qui évoquent un passé sinon brillant mais digne de foi et de fierté<br /> <br /> <br /> Que St Michel te protège!!<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br /> Hubert<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Bonjour Hubert<br /> <br /> <br /> Je ris car je suis certain que l'apparent conflit entre beret bleu et beret rouge ne s'éteindra pas avec nous . Il y aura toujours un historien militaire pour en parler . Tu vois le 1er RCP<br /> faisait partie de la 10 eme DIAP et le CES N° 1 (ou j'ai été affecté , du fait d'une saloperie d'éclat de grenade ayant touché mon nerf sciatique) a été balladé entre le 1er , le troisieme RCP<br /> quelques temps et pour finir a la BAP/AFN .....ce qui fait que tous les anciens du Centre d'Entraiment au Saut sur la colline de Philippeville(Skida).....n'ont jamais su de qui ils étaient les<br /> anciens . En ce qui me concerne je reste attaché au 1er RCP ou j'ai fait mes classes au fameux Camp Péhau , dont le parcours du combattant était réputé comme un des plus durs . C'était<br /> impressionnant de voir les ambulances se placer autour du parcours .<br /> <br /> <br /> Après , j'ai ,comme tous mes copains , connu la peur mais pas en sautant . J'ai été ce qu'on appellait un morpion de carlingue . Ami des largueurs et des pilotes , responsable de l'enregistrement<br /> des sauts , j'étais forcément au terrain de Valée (ou vallée ) l'aérodrome de Phillppeville a chaque séance de sauts sur la D.Z de Dar Chitane . Je me suis trouvé lors des sauts de nuit , seul au<br /> T lumineux avec mon poste radio le fameux SCR300 américain , en liaison radio avec le DAK . Mais j'avais quelques grenades avec moi en plus du P.A car plus d'une fois j'ai entendu des bruits<br /> significatifs de la présence de fells mais ils n'ont jamais tenté quoi que ce soit . Par la suite la zone était sécurisé avant la séance .<br /> <br /> <br /> Je n'ai pas crapahuté lontemps car un jour, en marche commando d'entrainement , je me suis écroulé ,transorté a l'hopital et 8 jours dans le coma . La raison était double, d'une part une<br /> saloperie de moustisque le long de l'oued Safsaf et surtout la découverte par le médecin major d'un problème grave a mon nerf sciatique touché par un éclat de grenade quand j'avais onze ans ( un<br /> an en1944 sans pouvoir marcher ). En fait sous une charge lourde (le SCR n'était pas léger ) je pouvais m'écrouler a tout moment . C'est a la suite de cela que j'ai eu la chance de ma vie , mon<br /> affectatio au Service Aérien du Centre d'Entrainementau Saut N° 1 sur al colline de Skida au dessus de la Caserne mangin a Philippeville .Mais si j'ai regretté de ne plus crapahuté dans le Djebel<br /> , mes missions m'apporterons avantures et joies imprévues . L'Algérie a été une guerre particulière ou l'aventure était souvent au coin de la rue .Je me souvien du départ d'un sous-lieutenant ami<br /> qui nous avait invité dans un bar a un pot de départ ...le FLN a glissé malgré le grillage de protection une grenade , un mort et plusieurs blessés , mais cette fois là j'ai pas ramassé de métal<br /> ! En Algérie la mort était dans les endroits les plus inimaginables . En général nous n'enparlons qu'entre nous . Tu sais peut-être que du fait de l'emploi du Mas 36 a crosse en repliable en alu<br /> , des journalistes nous ont appelé les SS a crosse d'argent...les cons ! En rentrant dans mon village j'ai été mal vu car les paras ayant été maintenus un peu plus longtemps , des imbéciles<br /> racontaient a ma mère que je devais faire de la prison !<br /> <br /> <br /> Pour beaucoup de gens , les paras ne sont pas des gens biens .....<br /> <br /> <br /> Avec un peu d'humour je dirais que le Famas ressemble étrangement a la carabine américaine dont une firme italienne a sorti une réplique en 22 long riffle qui pique sacrémént bien . Elle n'et<br /> plus autorisé en France ,seuls  les voyous ont le droit d'être armés ......<br /> <br /> <br /> J'étais et suis toujours un très bon tireur . En algérie j'ai connu le PM 38 ,le Mas 36 , le PA américain et la Mat 49 ...... et la dague commando qui m'a sauvé la vie quand les armes a feu<br /> étaient interdites pour sortir en ville.....la bas !<br /> <br /> <br /> Très fatigué ces jours ci , cela m'a fait du bien de parler , de ce passé . Il est remarquable que quelque soit le statut social , le trait-d'union entre paras reste important .<br /> <br /> <br /> Simple caporal-chef "beret bleu" , j'ai été en relation avec le colonel Mademba Si , ancien de la 2ème DB puis beret rouge qui habitait près de Tarbes et qui a coxé Amirouche en Kabylie......<br /> <br /> <br /> Par St Michel<br /> <br /> <br /> Amicalement Hubert<br /> <br /> <br /> Jean Bellamy<br /> <br /> <br /> j.bellamy@laposte.net<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> J'ai servi au 1e RPIMa à Bayonne et au 2e RPIMa à Madagascar. Je sais donc faire la différence entre un saut de Dak et un saut de Nord pour avoir utilisé ces 2 appareils.<br /> <br /> <br /> Personnellement, je n'ai jamais connu de gars qui se soient dégonflés. Ce qui ne veux pas dire que nous n'étions pas mort de trouille, au moins pour le premier saut. En fin de compte, et après en<br /> avoir vécu pas mal d'autres derrière, c'est le premier où on a le moins peur, peut-être par méconnaissance de ce que l'on va connaitre.<br /> <br /> <br /> Il est certain que le vent du Nord (pas la brise des Ch'tis), c'est quelque chose!! Les largueurs disaient que si nous hésitions à sauter, il suffisait de passer la tête hors de la portière pour<br /> être éjecté de l'avion. Je ne l'ai jamais vérifié aussi je n'ai jamais su si c'étaient des bobards. Par contre, j'ai vu un gars se faire tuer parce qu'il a accroché la poignée de son ventral avec<br /> sa manche , que la voile est tombée et a été aspirée par le vent relatif des hélices. (C'est du moins ainsi que l'accident a été explique)Le gars a été projeté contre le bord de la portière avant<br /> de tomber dans le vide. Le ventral a fait sont travail mais le gars était mort quand il est arrivé au sol.<br /> <br /> <br /> Pour moi, le saut qui a été le plus stressant a été celui que j'ai fait à Diego-Suarez; Nous étions en manoeuvre auxquelles participait le "Clem". J'était tireur AA52, donc j'avais une gaine de<br /> jambe (ça c'est le pied, c'est le moment de le dire) mon sac bergham avec tout le barda dedans. Je ne pesais que 63 kgs à l'époque mais je devais bien en faire le double lorsque je me suis mis en<br /> position à la porte. Qui dit saut de manoeuvre dit altitude réduite mais quand on nous a dit "altitude 150" on ne faisait plus les malins.<br /> <br /> <br /> C'est vrai aussi ce qui est dit plus haut sur l'esprit de corps des paras. D'abord un para ne laisse jamais un copain sur le bord de la route: On part ensemble, on arrive ensemble. Et le plus<br /> souvent en chantant. Après l'armée, j'ai travaillé dans le civil. Beaucoup de choses apprises chez les paras m'ont servies et m'ont permis d'avancer mais jamais je n'ai retrouvé cet esprit de<br /> cohésion et de groupe qu'il y a dans les bérets rouges<br /> <br /> <br /> Cordialement<br /> <br /> <br /> Hubert<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> <br /> Salut Hubert , tu sais le drame de beaucoup de gens du 1erRCP a été d'abandonné notre beret bleu contre le beret amarante . J'ai eu la chance de n'avoir jamais eu trop d'appréhension car - c'est<br /> bête peut-être - j'avais une grande confiance dans le materiel et dans les filles de la SEP qui pliaient nos pépins . J'aimais être le premier debout a la porte , dans le DAK , regardant le<br /> paysage en attendant le Go libérateur .<br /> <br /> <br /> Un Para reste para toute sa vie , je ne suis pas militariste mais tu as raison je n'ai jamais retrouvé la cohésion . Mais ils étaient gonflés tes "patrons" d'annoncer un saut a 150 mètres ou<br /> alors les pépins avaient bien changés car techniquement le minimum a mon époque c'était 180 mêtres .....et c'était déjà l'extrème limite .<br /> <br /> <br /> Mais , beret bleu ,berte rouge ,beret vert ......c'est toujours un para . Le Ier RCP est le seul régiment para a porter le charognard de l'aviation sur les épaulettes . On dit maintenant "rapace"<br /> . Ce régiment étant issu d'une compagnie de l'air d'avant la War2 . C'était a l'origine un régiment dit "mélé" car il comprennait des engagés et des appelés volontaires pour l'arme . C'est le<br /> premier régiment para français de la deuxieme guerre mondiale , engagé aux cotés de la 2eme DB , dans les Vosges ......puis l'Indochine , l'Algerie ......et la suite !<br /> <br /> <br /> Par St MIchel ,vive les paras !<br /> <br /> <br /> Fraternellement<br /> <br /> <br /> Jean<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : le blog de Jean Le Francilien
  • : journal d'un vieux raleur mais bon coeur , a fait son service militaire en Algérie 1954, 55,56 , ancien para pour le sport et pas pour la guerre , viscéralement a gauche pour la justice et la liberté .
  • Contact

Profil

  • jean le francilien
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !

Texte Libre

IL ÉTAIT MON AMI , MON CONFIDENT ......

..... NOUS NE T'OUBLIONS PAS MON TIGROO ......LA DOUCEUR MÊME ......CELUI QUI T'A TUÉ EST UN MONSTRE , IL PAIERA SA MÉCHANCETÉ .....

LE JARDIN DE MA FEMME 0222

Il était très beau ......RSCN0209                                              avec son frère ,ils ne se quittaient pas ....

LES-CHATONS 0627

Là,après le premier plomb,devenu borgne.....le deuxième dans l'oeil droit ,un an après , l'a tué !

Recherche

Texte Libre

Archives