Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 12:42
REPONSES A PROSUNT,
    Usant de ton grade de commandant tu es en droit d'attendre de moi le classique "Mes respects mon commandant " . Mais voila je suis un vieux con de béret bleu , tu sais les paras métros , ces gars qui ont seulement demandé  les paras pour faire du sport , brevet 98 693 . Je suis parti en Algérie en homme de droite, catholique et bien pensant , j'en suis rentré écœuré par ce que j'y ai vu et vécu . La merde et le sang , la haine et la connerie de ces gros propriétaires terriens qui n'habitaient même pas là-bas . J'ai aimé cette terre , j'ai aimé ceux qui l'habitaient Mais ou étais tu mon commandant le 20 Août 55 , moi j'étais a Philippeville .
     J'y ai vu les haines réciproques . j'y ai vu les cadavres mutilés des européens . J'y ai vu les ratonnades hystériques de cette population chauffée a blanc par le maire de la ville . J'ai protégé avec mes gars , les sous-officiers pieds-noirs chargés d'éliminer a la  mat49 les arabes alignés devant la fosse commune ......sans jugement ! Une couche de chaux , une  couche de cadavres et le bull se retirait . Le trop fameux bull peint en jaune sur le stade de Philippeville , placé là par le FLN pour sa publicité .
    Ce jour là  mon coeur de petit Français si fier de son drapeau a saigné .
    Ce jour là j'ai compris ! J'ai compris ce que me disait un de mes adjudants " On ne gagnera pas cette guerre révolutionnaire , ça repart comme en Indochine " .
  
DRAPEAU009.gif Je suis un para , on reste para toute sa vie , j'ai toujours obéit a mes chef et j'ai fait mon devoir mais je ne suis plus militaire . Je n'ai plus de devoir de réserve et je suis libre . Libre d'adhérer a la FNACA qui n'est pas l'association politique que tu voudrais faire croire . Pourquoi des gens de l'UMP ,des gens de droite , des députés UMP, sont parmi nous ? Pourquoi tant de hargne contre la FNACA , parce qu'elle comprend beaucoup d'anciens paras ? Les anciens paras dans mon village , plus de 70 % sont à la FNACA .
    Etre para c'est aussi une manière de vivre , mon ami Rapace ( Olivier) sait que je suis de gauche mais cela ne nous empêche  pas d'avoir des relation amicales . Etre para c'est vivre honnêtement dans le respect des autres . Toujours prêt a servir mon pays , a 74 ans , au besoin avec une canne ! Un peu d'humour ! Mon commandant tu n'as pas l'exclusivité du drapeau bleu-blanc-rpouge !
    Mon Commandant , par Saint Michel VIVE LES PARAS .
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 10:07
 Un fort pas comme les autres .....
    Je ne vous donnerais pas son vrai nom , nous l'appellerons FORT LEÎLA , quelque part aux portes du désert . Perché sur un énorme rocher , aucune route ne le pénètre . La garnison est ravitaillée par hélico ou bien par des petits ânes car les mules ou les chameaux refusent obstinément de rentrer par la petite porte basse . C'est d'ailleurs la seule ouverture sur une rampe intérieure creusée dans la roche pour arriver par paliers la haut , au centre du fort .
    Ce fort qui est  là depuis plus de mille ans n'a jamais été pris par qui que ce soit . De grosses roches sont posées au dessus de  la rampe .En cas d'intrusion , il suffirait de les faire basculer pour écraser comme des mouches des assaillants éventuels .
    Au pied du rocher , large en haut comme un demi terrain de football, se trouve un village de gens bien bronzés que le Lieutenant nous a dit , d'origine Berbère . Berbères , kabyles , pour nous - a tort - c'est tous des  arabes . Mais ici  les filles sont belles et pas voilées , ce qui excitent les gars sevrés de caresses féminines depuis un certain temps . Mais le lieutenant a dit " on touche pas ".
     De l'autre coté nous dominons la palmeraie et surtout une extraordinaire piscine naturelle formée par une source a fleur de roche qui va de la falaise jusqu'au pied du fort . Pourtant , à deux cents mètres de là c'est le sable et la rocaille , tu pourrais y mourir de soif alors que l'eau est a portée . L'Algérie , aux paysage parfois si accueillants , ici peut tuer celui qui n'a pas le " savoir " .
    Pour la forme a chaque angle du fort , un sentinelle . Le lieutenant dans sa chambre , taillée dans la roche , prépare la patrouille de demain . Assis sur le parapet je fume une dernière cigarette avant d'aller dormir . Comme tous les jours sur mon SCR300(poste radio-émetteur-récepteur d'origine US) j'ai prononcé les trois lettres R.A.S .
    Plus un seul chameau depuis huit jours . Les avions T6 ont anéantis une caravane de ravitaillement des fells , les automitrailleuses des hussards ont fini le travail . Nous espérions de ce fait de ne plus avoir a faire de patrouilles mais le chef a dit , faut voir ! Nous sommes une sentinelle privilégiée sur une piste séculaire toujours empruntée par les caravanes qui ravitaillent les fells .
    Le coucher du soleil est brutal , pas de vent , pas de nuage mais des effluves de fleurs , des senteurs inconnues pour les étrangers que nous sommes , montent de la palmeraie . Un chant sauvage et doux en même temps , s'élève depuis un enclos du village . Chant d'amour ou de mère .
La voix se rapproche et une petite silhouette s'immobilise au pied du fort .
C'est elle , c'est Leîla , la belle , la superbe liane que nous voyons journellementpalmiers-03.gif prendre un bain sous la source .
    Tous les gars en rêvent , tous la voient dans leurs bras . Son chant les fait soupirer , penchés sur le parapet . Ils en oublient leurs femmes ou leurs fiancées . Leïla les envoûte , je les comprend . J'ai connu une telle liane et la nuit elle me visite encore . La haut une étoile brille plus que les autres , la  Croix du Sud m'a précisé mon lieutenant .
    Ce matin , branle bas de combat , Jacques a disparu ! Le Lieutenant part avec six hommes a sa recherche . Ils reviennent vite avec le corps du disparu . Ils l'ont retrouvé derrière un buisson a coté de la source ou tous les soirs , Leïla vient se baigner la nuit tombée . Il était là , short baissé , avec une plaie a la tête . Un pierre pleine de sang a coté . Pas besoin de faire un dessin , il a voulu violée Leïla , elle s'est défendu .
    Sur le compte-rendu qui va partir , il est dit que le Chasseur Jacques V....... a glissé sur une roche . Sa tête a porté , tué sur le coup . Il n'y aura pas d'enquête . Il aura même une médaille a titre posthume comme tous ceux qui meurent dans ce pays qui n'est pas le leur . Le chef du village aura un long palabre avec le lieutenant . Leïla ne viendra plus chanter sous le fort et son grand regard triste , sans haine , nous poursuivra longtemps .
    Depuis ce fort dont je ne me souviens plus du vrai nom ,  est devenu pour nous Fort Leïla .
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 19:23
   Là-bas , au milieu de la colline , une lumière rose commence a s'étendre . Brutalement tout l'horizon s'illumine , le soleil n'est pas loin . Les gars somnolent . Seules les sentinelles , planquées derrière un rocher ou un arbuste rabougris ,sont en alerte . Il a fait froid cette nuit , les doigts sont gourds sur le métal des armes . Une petite buée sort de la bouche de Gérard . Moins dix me chuchote -t-il en souriant .
    La nuit a été longue a attendre les passage des fells , le jeune lieutenant frais émoulu aurait du démonté cette embuscade depuis longtemps . Fatigue inutile des nerfs des gars . L'adjudant Clarence lui propose de redescendre immédiatement au fortin . Mais le Lieutenant du Chemin de la Templerie , que les gars appellent simplement "du chose" veut que nous remontions voir si les fells ne se sont pas arrêtés a mi-pente dans la fameuse carrière ou a eu lieu le massacre des  ouvriers  . Je propose a l'adjudant d'aller voir avec deux gars pour éviter le déplacement de l'ensemble du groupe . Les gars commencent a bouger et pisser sur les plantes aromatiques..... mais en vain , ça sent toujours la pisse !
    Le "du chose" redresse sa grande carcasse , tire sur le bas  de sa veste de saut comme pour effacer les plis de son costume mais ici dans le djebel ce geste est dérisoire . Dans un sens il est touchant , il est de la race de ses saint-cyriens qui montaient a l'assaut des tranchées ennemies , sabre au clair . Mais ici le panache n'est plus de mise , c'est la guerre , la guerre sordide , la merde et le sang . Même sous le soleil et ce ciel bleu , un mort est toujours un mort . Alors mon lieutenant c'est notre peau qui compte , pas la tenue .
    Sa voix sèche et impérative s'adresse a moi - caporal ,  prenez deux hommes avec vous , nous allons éclairer ! En langage militaire cela veut-dire que nous allons crapahuter jusqu'au faite de la colline pour voir derrière ce qui se passe   au lieu de redescendre au fortin . Si en plus il faut s'embarrasser de ce  débutant , ça va pas être drôle . Gérard a compris , il se lève , récupère Bob au passage et vient se poster a coté de moi . Avant que le lieut soit trop prés pour nous entendre je chuchote - t'as des grenades en plus - ouais t'inquiète pas  , des bonnes . Il faut dire que Gérard est un spécialiste des " pieges-a-cons " , des grenades qui pètent juste avant de toucher le sol .
    Du chose , prend la tête du groupe , nous traversons la piste et remontons a mi pente , cette manoeuvre devrait nous faire arriver juste en face de la carrière, au dessus des bâtiments abandonnés par l'entreprise . Mais j'ai le sentiment que les fells savent  que nous sommes  là et je demande à Gérard de monter plus haut . Avec son flair de chien de chasse il saura vite repéré les éventuels chouffs des félouzes . Nous continuons a avancer avec prudence . Au moment ou j'aperçois le toit de l'ancienne infirmerie , j'entend le sifflement bref , comme un cri d'oiseau , de Gérard . Il arrive sans bruit , pas de sentinelle de ce coté nous dit-il mais deux au dessus de la carrière même . Le lieutenant demande - combien sont-ils ?- on ne peut pas savoir car la grosse pierre qui était censée boucher la petite grotte sur le coté a été poussée - donc ils sont dans la grotte , nous allons  les déloger , il faut prévenir l'adjudant qu'il vienne se mettre en position avec les hommes . Un groupe face a la carrière et le reste sur la droite - mais mon Lieutenant........ - non caporal je ne vous écouterais pas , exécution !
      Par expérience je sens que nous allons faire une connerie et qu'ils pouvaient être aussi planqués a un autre endroit . Couvrez moi je vais aller voir la situation depuis l'infirmerie abandonnée me dit-il ...... toujours Saint Cyr , ces officiers qui restaient debout sous la mitraille au lieu de se coucher comme leurs troupes , voulaient voir ........Je le vois descendre souplement avec précaution . Au moment ou il franchit l'espace entre les derniers blocs de pierre et le coin de l'infirmerie , un rafale de mat49 venant du bâtiment , le coupe en deux ....... " non caporal , je ne vous écouterais pas , exécution " .
    Pour toi , mon lieutenant , ce fut l'exécution sommaire , comme un chien , sans réplique possible ! Tu vas avoir droit aux honneurs militaires . Une croix de la valeur militaire a titre posthume . Mais pour tous les Clarence revenant d'Indochine tu es mort par ta connerie . S'il avait attendu le bouclage par l'adjudant , les grenades a fusil au bons endroits  lui auraient évité une mort inutile . La sienne et celles des deux copains du groupe tombés lors de l'assaut .
    Car le combat a eu lieu ..... sept fells au carreau , trois blessés gravement , fait prisonniers mais deux morts chez nous . Les autres fells ont décrochés et se sont évanouis dans la nature . " Opérations de maintien de l'ordre dans le Constantinois " ont titré les journaux.....maintien de l'ordre .... la guerre oui !
    Récit d'une aventure d'un copain en 1956 dans un régiment parachutiste .
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 08:53

......... apres Carmen............... dernière aventure Algérienne

     Quelques temps apres je retourne dans ce bar, avec dans ma poche une permission de nuit inutile .Assis dans un coin de la salle , j'attend  l'heure de la fermeture pour rentrer sagement au casernement . Manuela me fais signe de m'approcher du bar , me tend la fameuse clef et me dit qu'elle a besoin de parler de la France et qu'elle aimerait déguster avec moi le foie gras que ses cousins des  landes viennent de lui  envoyer .
    Peut-on refuser un foie gras ? Non , bien sur . Bien installés, la bouteille de sauterne sur la table , nous rions , nous buvons ! Soudain nous réalisons que je ne vais pas pouvoir rentrer au centre en pleine nuit . Nous nous chamaillons pour savoir lequel va coucher sur le canapé . Je lui fais comprendre que la logique veut que ce soit moi .
    Dans  la nuit j'ai senti , un souffle leger sur mon visage , elle me recouvrait de peur que je prenne froid , comme une grande soeur qui prend soin de son petit frére . Au matin, avec le lever du soleil , ou presque , café , croissants . Puis elle me tend la clef du studio , tu viens quand tu veux , en frère .
    C'était le début d'une grande amitié , que de soirées a rire , a bien manger mais a boire peut-etre un peu trop . Je n'ai jamais oser  le moindre geste disons inconvenant .

    Pourtant un soir nous avons fait une erreur , qui sans détruire notre  amitié , allait la rendre plus trouble ........
    Ce soir il fait tellement chaud avec ce ventilo qui marche mal que nous sommes tous les deux en tenue de bain . Ce bikini ramené de Paris met en valeur sa lourde poitrine et ses superbes cuisses . Le soutiens-gorge est tendu a craquer et la pointe  de ses seins semblent vouloir percer le tissus .
Mais je tiens bon , on ne viole pas sa petite soeur !
    Apres le repas nous sortons sur  la terrasse minuscule admirer le ciel étoilé et respirer un peu d'air frais . Je passe comme d'habitude mon bras autour de ses épaules mais ce soir elles sont nues . Cela me trouble un peu , le contact de cette peau si douce . Puis elle frisonne , un courant d'air peut-ètre . Mais sa cuisse se rapproche de la mienne et mon trouble grandit . Petite soeur , je suis pas en bois , tu joue avec le feu . Elle respire plus fort me semble-t-il . Pour lui faire voir un feu qui s'est allumé sur l'horizon je passe derriere elle , prend son bras gauche pour lui indiquer la direction en collant mon visage contre sa joue . J'améne mon bras droit autour de sa taille et la serre doucement contre moi . Nous restons ainsi quelques secondes puis elle se dégage me prend par la main et m'entraine a l'interieur .......
    La suite est merveilleuse , Manu est une fille de l'amour , de l'amour et du soleil , mais c'est l'astre nocturne qui nous éclaire maintenant . Son corps
est sublimé par la lumiere douce de la lune . Ses yeux brillent dans la demi obscurité de la piece . Son parfum est un mélange de plantes aromatiques .
Mais je n'avais jamais découvert , jusqu'a cette nuit , cet éffluve mélangeant le parfum des orangeraies et des plantes du djébel .   
    Algérie entétante , Algérie parfumée , Algérie pays d'amour et de soleil
Algérie envoutante ou tes filles nous troublent et nous retiennent , Algérie des souvenirs que rien n'éffacera jamais .
    Nous nous sommes quittés au matin .....je lui tend la clef......j'ai manqué a ma promesse ......je ne reviendrait pas ......idiot me dit-elle en refusant la clef tendue ......reviens vite .
    Je suis revenu . A ma libération en Décembre je lui ai proposé de vendre son bar et me rejoindre en Métropole . Elle a refusé .
    " Ici c'est mon pays , j'y suis attaché .....au besoin je mourrais pour lui "
   
       J'ai pris le bateau tres triste mais a ce moment là je ne savais pas que j'allais redécouvrir a coté de chez moi une fille merveilleuse . Elle est toujours là, depuis l'été 1957, d'un charme indéniable , ma parisienne , mon épouse , la mère de mes enfants , ma Minouche .
    je la connaisais déja , avant de partir a l'armée , nous avions même flirté . Devant sa gràce , sa démarche arienne , sa félinité et ses yeux bleus je l'avais surnommé Minouche ........ encore aujourdhui quand ils ont un problème nos enfants commencent par en parler a leur maman .
    C'est LA VIE QUI VA ............

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 17:20

Algérie- Printemps 1956 .

Elle s'appellait Carmen .......   
    Accablé par la chaleur , avec en poche une permission qui ne me sert a rien depuis que Nicolette a rejoint la France , je remonte sans but la rue principale sous les arcades . Je vais passer voir Moretti le photographe qui pratique la pèche sous-marine dans la baie de Stora . Nous discutons souvent de longues heures et il me conseille pour mes plongées en apnée .
    Puis me sentant une petite faim je m'attable , bien au frais , dans un  des petits bars fréquentés par les paras . Je me déguste mon plat préféré , trois oeufs avec deux petites saucisses bien relevées , les merguez , que le patron me sert en me disant - tiens le parisien , avec un petit rosé comme d'habitude !
    Ce type , pô pô pô dit , est super sympa avec les paras , il nous appelle " mes p'tits gars" et n'est  pas chien s'il manques quelques centimes ! Et puis en terrasse le petit cireur de service qui te propose des choses que "ça s'dit pas devant les dames "veut s'occuper de mes rangers . Je finit ma derniere bouchée de pain trempé dans la sauce des merguez mélangé au jaune d'oeufs , un délice .
    Mes rangers en cuir rouge sont superbes mais pas réglementaires .
    Une jeune pucelle locale me regarde avec insistance , je la  reconnais c'est une cousine à Nicolette ! Elle ose aborder un para dans la rue . En quelques mois les comportements ont bien changés, c'est peut-etre la conséquence du 20 Août 55 . Les paras ne sont plus considérés comme des renards dans le poulailler . Ou alors les poulettes adorent se faire deplumer .
    Elle m'invite a venir a un petite fête que ses parents offrent pour ses vingt ans . Rappelez vous me dit-elle , vous aviez dit " peut-ètre ". Elle ne vas tout de même pas me faire le même coup que Nicolette !
    Et si , mais en plus confortable , dans ce grand jardin entouré de hauts murs , apres un slow serré , serré ....Mais elle avait déja connu le loup ! En revenant dans le grand salon sa mère me demande " Comment trouvez -vous ma jungle-jardin ?- trés agréable Madame , trés agréable ......voyou me chuchote Carmen a l'oreille et plus fort " Voila jean , je vous ai fait visiter ce qu'il y a de mieux dans cette maison "...... en pouffant dans sa main !
    J'ai revu Carmen , apres ma semaine de permanence .
    Jean , aujourdhui nous allons rendre visite a ma tante Manuela . Tu sais elle a perdu son mari dans un accident en métropole , l'année derniere . Depuis elle gére le bar que tu connais , elle même ! Effectivement je la connais pour avoir pris un verre de temps en temps dans cet établissement . Manuela a un sourire triste mais elle est tres belle . Carmen lui demande la clef de son studio , juste au dessus dans l'immeuble . Je ne vous en dit pas plus .
    Notre liaison a duré un peu plus de deux mois puis un jour elle m'a annoncé qu'elle avait rencontré un jeune sous-lieutenant, présenté par la famille, et nous nous sommes quittés "bons amis" . Il n'y avait pas de veritable amour entre nous deux . Simplement un plaisir partagé . Son avenir était ailleurs .

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 08:31
Samedi 14h30-Stora . Une voiture particulière arrive avec une femme magnifique au volant , trois nymphettes dont Nicolette en descendent . Nicolette me présente a ses cousines ....... et à sa mère qui vient de garer la voiture . -je crois que vous êtes Jean , le para aux yeux bleus qui semble lui avoir fait beaucoup d'effet me dit-elle en riant . N'ayez aucune crainte nous ne vous ferons pas le coup du canapé ! D'autant plus que dans quinze jours nous repartons en France , mon mari devant rejoindre le siège de sa société . Mon frère est médecin a Paris . Sous prétexte de nager longuement , avec Nicolette , nous allons vers une pointe rocheuse ou nous serons seuls , les cousines ayant prétexté une légère fatigue . Sous l'eau , Nicolette a dégrafé le dos de son bikini qui ne tiens plus que par le cou . En nageant elle enlève le bas qu'elle accroche a son cou . Je nage derrière elle , le spectacle est magnifique . Dans cette anfractuosité de la roche nous nous couchons sur le peu de sable que la mer nous a laissé . La pure jeune fille me glisse a l'oreille après un moment délicieux d'abandon " Fallait bien que cela m'arrive un jour et j'ai décidé , la première fois que je t'ai vu a la mairie que ce serait avec toi " . J'ai ravalé mon orgueil de mâle et j'ai compris qu'elle avait tout décidé et qu'elle avait repéré ce petit nid d'amour . Elle s'est relevée et a crié " Vive la vie ,l'amour et le soleil " . Nous sommes retournés vers la plage et les autres , en nageant moins vite qu'a l'allée . Sa mère m'a regardé , a compris , a sourit et m'a dit " C'est la vie qui va " Aucun reproche dans son regard . Nicolette rie et gambade autour de la voiture . Une de ses cousines s'approche de moi avant de partir - Nous nous reverrons peut-être ......je lui répond " peut-être" avec un sourire interrogateur . Je salue la maman en me penchant sur sa main et en rectifiant la position . Et en plus on se croirait au bal de la sous-préfète s'exclame l'autre cousine en riant . Souvenirs , souvenirs ........ le ciel était bleu , le bleu de là-bas ! < Vous qui lisez mon blog souvent vous remarquerez que dans ma mémoire semble être resté deux expression " ViVE LA VIE " qu'une blogueuse m'a tant soit peu obligé a transformer en " QUE VIVE LA VIE " et l'autre c'est ma série " LA VIE QUI VA " .........cela vient peut-être de cette aventure ou pas . Mais comme ne n'est pas un conte de fée , nous ne nous sommes pas mariés ensemble . Je ne me souviens que de son prénom . C'est peut-être maintenant une bonne grand-mère qui lira ce blog et se reconnaîtra . Nous avons correspondu quelques temps ,...... mais la vie efface sur le sable les pas des amants désunis ........... Nous avions bien profité de nos quinze derniers jours . Bien sûr, selon mes bonnes habitudes , j'ai changé les noms et "arrangé" les lieux . J'avais été tout de même un peu choqué par cette fille si belle qui avait décidé du jour , pratiquement du moment , du lieu , qu'elle avait repéré a l'avance, et du garçon avait qui elle allait perdre sa virginité ! C'est fou et pas glorieux pour moi . En fait de mâle conquérant c'est une femelle dominatrice qui m'avait soumise a sa volonté . Mais c'était bon . Bien sûr aujourd'hui cela ne choque plus personne . Un de mes fils donnait comme conseil a son plus jeune frère ....... - tu t'assois sur un banc , elles arrivent !"........... Mais ils sont beaucoup plus beau que leur père et toujours avec des yeux bleus >
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 13:00
C'était quel jour , je ne me souviens plus , le ciel était bleu , atrocement bleu , a te faire rechercher le plus petit coin d'ombre . Bien calé sur le siège passager de la jeep nous arrivons a la Mairie de la ville ....... Aujourd'hui le pitaine devant l'accroissement de travail du Service Aérien du Centre , a décidé de demander une dactylo a l'administration civile . Mais ne voulant pas faire "violer" une des filles de son secrétariat par les parachutistes le Secrétaire de Mairie a préféré que le travail soit fait dans ses locaux sous le contrôle d'un para . Le pitaine plié en deux s'exclame - il veut introduire un loup dans la bergerie ce con ! Puis tout de suite - tu veux faire le loup ? - en me mettant au garde-a-vous .......A vos ordres mon capitaine ! Eric , mon chauffeur et ami , me regarde avec envie - Bonne chance , espèce de démon , avec tes yeux bleus ils vont croire qu'on leur envoi un ange . Moi un ange , pourquoi pas , mais pas trop longtemps ! C'est une dame , fort sympathique qui m'accueille en me précisant qu'elle va me confier Nicolette . Je vous la confie mais attention ne lui racontez pas de cochonneries , c'est une vrai jeune fille . Pô, pô , pô , dit , c'est vrai qu'elle est belle la petite .....et rougissante en plus . Cheveux blond vénitien , une taille de guêpe , des jambes fuselées et une petite poitrine que je devine ferme sous la blouse légère . Tiens pas de soutien-gorge . Je suppose que c'est la chaleur qui en est la raison . Je sens un léger trouble me gagner .....on est pas en bois nous les paras ! Heureusement je suis assis , cela ne se voit pas . Vous rendez vous compte la mauvaise opinion qu'aurait de moi cette pure enfant . La journée se passe a merveille et le soir en partant elle tire sur ma main tendu pour me déposer un bisou léger sur ma joue . Ce qui m'autorise a lui en déposer deux , un peu plus appuyés . Puis elle se sauve vite dans son bureau . Quand je reprend la jeep , Eric me dit " toi tu vas mal dormir cette nuit ". En arrivant le capitaine me dit que le secrétaire lui a téléphoné pour le féliciter de la bonne tenue de son para . Et la fille elle est comment me demande-t-il - très gentille mon capitaine - belle ? - très belle mon capitaine et très professionnelle , le travail avance bien . Apres une nuit a rêver aux petits seins de Nicolette me voilà de nouveau a coté d'elle . Tiens ! Je regarde a nouveau ! Je n'en crois pas mes yeux mais je regarde a nouveau , elle a largement échancré sa blouse en ne la boutonnant pas jusqu'en haut . Petite fille le loup sent la chair fraîche ! Elle sent mon regard , me sourit , ses yeux brillent et ne se détournent pas . Mais le ballet incessant de cette grande volière empêche toute intimité . Elle m'explique qu'une fille de son âge ( elle a tout de même 19 ans) ne peut pas accompagner un homme dans un café , encore moins un para , dans cette ville ou tout se sait . Elle me dit que samedi après midi avec ses cousines elle va nager a Stora . J'ai parfaitement compris l'invitation et en rentrant je fais l'assaut de mon chef de service pour obtenir une permission pour Samedi qu'il commence par me refuser . Le capitaine qui passait dans le couloir , rentre dans le bureau et dit " pose ta permission et je te la signerai , tu l'as bien mérité " . Mon adjudant fait la gueule mais est bien obligé d'obéir . A SUIVRE
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 14:21
Pô ,Pô , dit .....

    Le premier tordu du ciboulot qui vient me dire que l'amitié virtuelle ça n'existe pas , je me le prend , je me le tord comme on essore une "washingue" comme y disent les ceusses instruits de la langue anglaise !
    Pô , pô , dit mes amis , le facteur m'a apporté un livre qui parle de là-bas . Un livre écrit et envoyé par mon ami Roland .
    Mais qu'est ce que j'ai fait au bon dieu pour m'attirer de tels marques d'amitié .... Manou a commencé avec le superbe livre sur l'histoire de Chaumes ( plus une chose que c'est un secret entre nous ) Alain-Julien a continué avec l'envoi de ses superbes dessins affichés dans la chambre du Petitou ( comme il dit ) et dans mon bureau , Béatrice m'a comblé avec la collection d'Historia complète sur l'Algérie( et oui les 100 numéros ) et aujourd'hui Roland avec ce livre qui me rappelle mes vingt ans sous un ciel bleu , un bleu que je vous dit pas !
    Et tous ces messages par qui , journellement , nous parlons d'amitié , d'amour et  de poésie , que je ne peux vous citer tous tellement j'aurais peur d'en oublier !
    Que tous les pisse-froids , les coincés , les envieux , les malfaisants , s'éloignent de notre communauté d'internautes . Que nous soyons de droite ou de gauche , du centre ou des extrêmes , croyants ou mécréants , nous croyons tous dans notre  forme d'amitié , même si parfois nous nous engueulons c'est normal car nous vivons.
    Nous vivons nos souvenirs , nos amitiés et nos amours .
    Encore merci Roland pour mon Algérie , pour ces gens qui "Là -Bas"  m'ont accueillit et m'ont naturalisé " Ami " . Pourtant je ne les avait pas toujours compris mais ils m'avaient pardonné !
    Vive la vie .
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 13:24


    A  la suite du cadeau de Béatrice , cette collection complète Historia sur la guerre d'Algérie je me suis plongé dans sa lecture . J'ai fait une comparaison entre mes carnets , mes souvenirs et les articles d'Historia .
Je suis effaré de la précision de mes souvenirs .Certains commentaires que je croyais avoir utilisés comme liaison entre les faits ,  mais sans certitude absolue, sont en fait très précis .
    Les craintes  de Shérif et les atermoiements de certains responsables civils ou militaires se recoupent parfaitement . Je crois que Shérif avait , a la suite de nos observations nocturnes , parfaitement compris ce qui  allait se passer . Il semble que les services de renseignement du 1er RCP étaient également en alerte . Un ami algérien vient de me confirmer l'histoire du bull. mais ne le situe pas au même endroit et je crois qu'il a tort .
    Il me semble me souvenir que les parachutistes qui sont intervenus à la mine de fer étaient des jeunes stagiaires du CES N° 1 . On peut utilement se reporter a l'excellente histoire du Ier RCP par Georges FLEURY .
    Chaque ouvrage sur cette guerre qui ne disait pas son nom donne des visions parfois assez différentes les unes des autres . Les trois volumes sur l'Algérie d'Yves Courriere qui m'ont été subtilisés sont un énorme travail de journaliste et d'historien . Je les recherche désespérément car ils ne sont pas réédités . Le Trésor du Patrimoine dont je possède tous les volumes sur cette guerre participe assez bien également a ma documentation avec les trois volumes de Georges Fleury .
    Historia était incontestablement la pièce manquante et sans doute la plus importante. Par la diversité des intervenants ( Yves Courriere y  participe également ) , par la qualité incontestable des photos , cette collection me comble . Comme toujours avec Historia j'ai maintenant un monument de renseignements  . Je vais les relier par bloc de dix numéros pour les mettre dans ma bibliothèque .
    En fait tous ces ouvrages sont de grande qualité et jouent une partition parfois différente mais se recoupant avec les uns avec les autres .
    Vous allez peut-être me trouver un peu " pinailleur " mais j'adore faire  des recherches et parfois je me sens une âme d'historien , que les  vrais me pardonnent . Je vais donc me plonger dans ces lectures touchant la vie de ma Princesse aux seins nus , me retrouver dans mes nuits algériennes .
Je serais moins présent sur mon blog pendant quelques temps mais je sais que vous ne m'en voudrez pas .
    Bonne journée mes amies et amis .
    Jean le Francilien
       dit Balsatorus 
    dit Balsy
    dit papy jean ........... et que sais-je encore
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 09:39
Poème écrit a la suite d'un cadeau par une internauted'une collection d'Historia sur l'Algérie ou j'ai passé mes vingt ans .

Pourquoi moi

Si tu savais ce qu'est pour moi
Ce cadeau de mes souvenirs
Et je me dis pourquoi moi
j'ai droit a cet immense plaisir

Ce n'est pas tant sa valeur
Mais le souvenir d'un être cher
Au nom du quel tu me l'a donner
Lui aussi devait être passionné
de connaître de cette terre
Merci amie de tout mon coeur

Au delà de son prix réel
Au delà de son poids papier
sa vrai valeur est irréelle
bien plus que le papier
C'est un véritable don du coeur
fait comme par une soeur

Qui oserais dire maintenant
comme le ferais un manant
Que sur l'internet , l'amitié
est un sentiment oublié

Tous s'inscrivent en faux
c'est vrai , amis et amies
car vous n'avez pas ce défaut
 pour cette raison vous êtes mes amis
Mais je ne peux tous vous citer
Tant j'aurais peur d'en oublier

Mais tous je crois avez compris
Que ce cadeau pour moi n'a pas de prix
il me raccroche a mes vingt ans
passés sur cette terre Algérienne
que j'aurais pu croire mienne
mais si éloignée maintenant

Ma Princesse aux seins nus
Qui reste dans mes rêves
dans ce pays ou elle n'es plus
la vague efface sur la grève
ses pas et les miens emmêlés
l'irraison la bas est née
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : le blog de Jean Le Francilien
  • : journal d'un vieux raleur mais bon coeur , a fait son service militaire en Algérie 1954, 55,56 , ancien para pour le sport et pas pour la guerre , viscéralement a gauche pour la justice et la liberté .
  • Contact

Profil

  • jean le francilien
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !

Texte Libre

IL ÉTAIT MON AMI , MON CONFIDENT ......

..... NOUS NE T'OUBLIONS PAS MON TIGROO ......LA DOUCEUR MÊME ......CELUI QUI T'A TUÉ EST UN MONSTRE , IL PAIERA SA MÉCHANCETÉ .....

LE JARDIN DE MA FEMME 0222

Il était très beau ......RSCN0209                                              avec son frère ,ils ne se quittaient pas ....

LES-CHATONS 0627

Là,après le premier plomb,devenu borgne.....le deuxième dans l'oeil droit ,un an après , l'a tué !

Recherche

Texte Libre

Archives