Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 17:09
LA NUIT DE LA BOUSSOLE .......Algérie (suite)



    Le scoutisme est une école de volonté et pratiquement tous les anciens scouts passerons les épreuves des classes à Péhau sans trop de problèmes . Les marches de nuit , à la boussole, vont les faire émerger .
        Ce soir "on marche" a dit le Sergent . Nous sommes séparés en petits groupes de 9 à 10 bonhommes , "commandés" par un scout . Nous avons été vite repérés . Pour moi comme pour les autres scouts la boussole est une " amie " que nous connaissons bien et je ramène toujours mon groupe au bon endroit . Les gars sont contents car , "pas d'erreur" , veut diire trajet le plus court donc moins de fatigue . Ce soir c'est le grand jour ou plus exactement la grande nuit car il n'y aura plus de contrôle apres la deuxieme direction indicative a la boussole . C'est a mon avis un gros risque
d'errance toute la nuit pour certains groupes qui vont se perdent .
        Premier contrôle , au deuxième un adjudant me dit que j'ai au moins vingt minutes d'avance sur la prévision . j'arrète mon groupe sur un tertre entouré de chênes verts et calcul qu'avec les "angulaires boussole" qui nous sont donné nous devons arriver juste a notre point de départ . < j'ai
toujours été tres forts en trigonométrie > . Je calcule également l'heure approximative ou nous devons arriver et je vais faire une immensse connerie en calculant l'axe de retour sans passer par les points intermédiaires .Les gars sont d'accord et en route pour l'aventure . Rien ne nous arrète sauf un champs de pastéques qui éclatent sous nos rangers et de clotures  en bambous bien fragiles pour des paras . Nous ressortons de ce piège en reculant et en effaçant nos traces comme les indiens .Nous contournons le champs et des chiens aboient dans un groupe de mechtas mais la caravane passe..... la caravane parachutiste !
                   La lune éclaire nos exploits et nous trouvons rapidement le point d'arrivée . Nous nous cachons a proximité en attendant l'heure . Nous nous présentons les premiers et sommes félicités car à 15 m/ près notre temps est celui calculé par les patrons . J'ai un peu honte car nous avons triché mais nous n'étions déjà plus de vrais bleus et nous avions compris qu'a l'armée ce sont les plus débrouillards qui s'en sortent . Et puis nous avions prouvé notre adaptation au terrain et notre sens de l'orientation ...... plus exactement mon sens de l'orientation . Il faut toujours rendre a César ce qui appartient à Jules . Le scoutisme m'a donné des armes dont j'entend bien me servir , au clan j'étais  le meilleurs pisteur .      
                                 Petite surprise , le surlendemain , aprés le lever des couleur, le big boss nous demande de respecter les petits champs cultivés par les arabes qui se seraient plaint d'une destruction de cloture et de pastèques par des militaires ! Nous nous regardons et le sergent me regarde d'un air sévère . Mais il n'y aura pas de suite , le patron pensant que c'est un groupe qui s'est égaré en dehors du parcours normal . Cela doit se ranger dans les aléas des marches de nuit .
                   Mais le regard du Sergent est toujours interrogateur . Il me demande si je suis capable de reconstituer un trajet avec les indications des directions successives . J'hésite et lui répond tout de même oui . Il a compris et il m'explique que ce qui est une qualité au combat est un acte négatif vis avis de la population indigène . Il ne me dénonce pas car nous formons maintenant un bloc avec nos sergents instructeurs .De plus notre petit groupe se distingue dans pratiquement toutes les disciplines de notre instruction militaire et nos instructeurs en sont fiers .


 
Partager cet article
Repost0
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 16:13
LE CAMP PEHAU  ( Algérie 11 )
le parcours du combattant (suite)
       
                C'est vrai qu'avec le sac et l'arme le mouvement doit -être parfait sous peine de rester "comme un con" dit le moniteur , accroché dans toute les positions possibles plus le stress en voyant les infirmiers se rapprocher . il y a d'autres obstacles qui sont difficiles par ce que je suis petit . Ce parcours est dur , très dur mais pas infaisable mais c'est la terreur pour beaucoup . Les petits sont remarquablement plus agiles tout en souffrant de leur petite taille pour franchir les murs . De toute façon , en principe tous seront para mais la "terreur" de certains face a toute nouvelle  "plaisanterie" des gradés me laisse sceptique .

        C'est le cas pour les rudiments d'apprentissage du déminage le sergent instructeur nous présente quelques mines toute simples , sans piége véritable , légèrement enfouies dans le sable . Nous explique la technique pour annihiler ces mauvaises bêtes et nous le démontre . Il précise qu'elles sont vraies et que toute erreur amènera un explosion . Personne ne se bat pour être au premier rang . Notre bourreau dit nous appeler par ordre alphabétique . Apparemment il n'y a pas de nom  commençant par A et du coup il m'appelle . Je suis transi de peur et je serre les fesses et comme me dit un copain pied-noir "une olive ,un litre d'huile" . Puis mon cerveau se retrousse les manches et réfléchit a vive allure . L'armée française n'est tout même pas assez con pour risquer de tuer ses nouvelles recrues ! Je fais tout ce que nous a dit l'instructeur et quelques temps apres je me releve avec un sourire de satisfaction , mine désamorcée . Le Sergent me regarde avec un sourire bizarre et me félicite . C'est ce jour là qu'est née entre nous une certaine complicité . Par contre je n'ai jamais su si elles étaient véritables ou pas ces fameuses mines . Il n'a jamais voulu répondre a ma question .
   
Partager cet article
Repost0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 10:41
                             ALGERIE..Comme des vacances .....

Aprés coup nous apprenons que nous venons de passer le col de Bes-Bes mais comme nous n'avons pas de carte les plus curieux ne sont pas satisfaits et les autres pense seulement a leurs épaules meurtries . Nous abordons avec inquiétude une zone aride , pire que le camp Péhau mais miracle nous apercevons au fond des arbres....... non des arbustes . Le terrain est loin il me semble de toute habitation ou activité humaine .
        C'est du sable comme un plage mais en hauteur, comme une dune avec une maigre végétation qui n'est pas sans rappeler certains sites de la Cote d'Azur . < avant l'arrivée des requins de l'immobilier > . En avançant  nous découvrons des arbustes qui ressemblent au fameux "chêne vert " . Si jamais nous avons un coup de vent le scout que je suis redoute l'envol des tentes dans un tel terrain .   
       Mais c'est presque des vacances tout en apprenant la
guerre moderne et ses traitrises . Nous apprenons aussi a monter la garde en essayant de voir sans être vu . Ils se prennent déjà pour des guerriers ces petits jeunots . Des bleus comme disent les anciens. Le casque lourd n'est pas sur mesure mais le PM38 est vrai , a part qu'il ne tuerai pas une vache dans un couloir .
Ce pistolet-mitrailleur a tendance a "arroser" et a s'enrayer facilement et avec le sable n'en parlons pas .
Les jours passent et nous entendons sur un poste TSF que l'Indochine c'est finie .... suite a la chute de Dien Bien Phu .
        Nous étions en préparation pour l'Indo , nous n'irons pas !
Au camp de nulle part , la vie continue , ponctuée par les largages de matériels mais surtout de "bouffe" et de liquide .Pour l'encadrement la détente c'est le jeu de boules . Nos sergents sont au boulot !
        Mais pour nous aussi il y a  la détente de la plage sauvage proche .  Mais tout a une fin et il nous faut bien redescendre vers la civilisation et son sport ....... le fameux "Parcours du combattant" du camp Péhau . Nous avons entendu dire qu'il est le plus dur d'Afrique du nord . La première fois les gradés nous le font , "respirer" seulement , mais il va bien falloir s'en servir comme des grands . Ce qui est impressionnant c'est de voir les ambulances se poster le long de ce parcours de fous . Sans le sac et sans armes je trouve cela super cool car les scouts ont l'habitude des parcours d'obstacles avec pont de singes etc .... J'aime beaucoup le "rail" qui est dit-on la terreur des bleus . C'est un rail de chemin de fer avec ses traverses ,dressé verticalement au dessus d'une fosse de réception ..... avec un peu de sable . La bonne technique qui fait balancer le corps au dessus de la plus haute traverse vous positionne idéalement pour lâcher cette traverse et tomber quelques mètres plus bas . Une bonne flexion des genoux a l'arrivé et vous   ressortez sans problème de ce "piège" .

réception d'un largage         

les moniteurs au travail.......faut bien se détendre !

Partager cet article
Repost0
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 18:11
 
 
Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 16:26
QUELQUES PHOTOS ....... Au dessus , un C47 "Dakota" a l'attérrissage..... puis un Bréguet "Deux ponts" .......nos ingénieurs pensaient déja a un palace volant .
Le minaret est celui de la mosquées de Philippeville .
Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 13:34
LES CLASSES A PÉHAU

 Pour les ignorants de la chose militaire , les "classes" sont la période d'apprentissage du métier militaire .
                    Notre grande chambrée comporte deux rangées de sommiers métalliques sur lesquels on doit trouver un matelas ....... on devrait car c'est une sorte de " paillasse " qui est distribuée . C'est peut-être mieux ainsi car nous suons  une bonne partie de la nuit avec un semblant de fraîcheur sur le matin . Par contre j'ai un peu d'air car je me suis arrangé pour obtenir le lit le plus près de la porte . Des portants en bois comporte en haut une case fermée a cadenas et dessous une barre sur laquelle on peut suspendre nos vêtements sur des cintres ....... fournis par l'armée .
        Nous étions prévenus mais les fameuses piqûres nous laisserons un mauvais souvenir, beaucoup de malades . Je ne m'en suis pas trop mal  sortis grâce a de solides accointances du coté de l'infirmerie . Le lieutenant du service de santé est scout-routier comme moi . Jeune médecin il a demandé a faire son temps dans les parachutistes . Je crois même qu'il a son brevet para prémilitaire . Nous avons sympathisé , entre scouts , c'est  tout a fait normal !
        Le lever des couleurs est pour beaucoup d'entre nous un moment un peu émotionnel car on a beau nous dire que nous sommes toujours en France , l'Algérie c'est pas tout a fait la France pour nous. Pour ne choquer personne nous dirons rapidement  " la métropole" . Un brave caporal-chef qui rentre d'Indochine, natif d'Oran , nous instruit sur la manière de nous comporter avec les gens d'ici ."Je suis "piednoir" , vous vous êtes des "Pathos", tous les métropolitains sont des pathos ".Nous n'avons rien compris mais en choeur nous avons dit " oui ". (il me semble qu'il s'appelait Martinez) Ce type très sympathique nous a recommandé d'être prudent pour draguer les filles . D'une part on leur recommande de se méfier des parachutistes et de toute façon tout gugus qui porte un uniforme .


Partager cet article
Repost0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 17:07
ALGERIE , CAMP PEHAU , PHILIPPEVILLE

En langage militaire ces trois gus s'appellent des bleus . Habillés par l'armée ils n'ont pas l'air trop ridicule sauf que le petit - c'est moi - nage un peu dans son short .

        Lors du 14 Juillet on nous a habillés en tenue " Léopard " pour défilé . Mais jugé trop petit j'ai défilé sur un véhicule . C'est bien car le pantalon de ma tenue camouflée doit être prévu pour un gros d'un mètre quatre vingt et non pas pour un mini para d'un mètre soixante pesant 57 kilogs a poil . Cela " bouffe " drôlement sur les rangers . Je regarde avec envie mes parisiens dont la tenue leur donne un air martial très parachutiste.
Quand a nos instructeurs , qui font souvent retoucher leurs tenues , de combat ou de sortie, ils sont parfaits . Epaules larges , hanche étroite , petit béret rétrécie volontairement ..... les femmes regardent avec gourmandise .
Nous avons hâte de pouvoir faire comme eux .
        Une route passe en bas du camp puis après une petite grimpette on passe devant un poste de garde , bien vétuste lui aussi , pour déboucher sur une vaste avenue qui mène tout au bout vers le parcours du combattant tant redouté de certains . Avenue, le mot est un peu fort car selon la définition du Larousse , une avenue est une voie de circulation bordée d'arbres . Ici ce sont des cactus qui remplacent les arbres . La place d'Arme   
donne sur cette voie avec le mat des couleurs et quelques batiments administratifs .
  
      < Aujourd'hui en ce mois de mai2007 , ma mémoire est très fermée sur la vision de cette grande voie dont je n'ai aucune photo . Je n'ai aucun cliché non plus sur le parcours du combattant . >
,
Partager cet article
Repost0
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 15:32

LA TERRE DE LABAS ....l'Algérie .





                 Le nuit en mer est très calme je n'aperçois ni terre ni autre navire . Il ne fait pas froid mais j'ai du mal a m'endormir bien que je sache dormir sur la dure. Les bruits du bateau me sont incompréhensibles mais ne m'effraient pas . Enfin le sommeil arrive et je me réveille seulement au lever du jour . Beaucoup de gars ont le mal de mer et viennent vomir au bastingage . Je suis moi un heureux veinard qui ne souffre d'aucun mal des transports .Je me précipite vers la cambuse et monnaie sonnante distribuée je déguste un bon café avec pain et beurre . Je vois passer les gamelles et le jus destiné aux futurs parachutistes . Cela ne sent pas bon du tout et je plaint les pauvres gars qui n'ont pas su se débrouiller .
        La terre se profile enfin a l'horizon mais nous ne sommes pas dans un film de pirates et personne ne crie " Terre " du haut d'un mat . Par contre nous sommes assez rapidement regroupés mais autorisés a rester près du bastingage pour admirer la côte qui se découpe . Nous passons un cap et longeons la côte vers le port de Bône ( c'est Annaba maintenant ) ou nous débarquons .

                   (Ce texte étant écrit en 2007 avec des notes succintes de 1954 sur un vieux carnet, certains détails m'échappent totalement , je ne me souviens même plus comment nous sommes arrivés au camp Péhau ) Mais notre but c'est  le fameux camp Péhau dont certains anciens sur le bateau ont traumatisé les "pékins" que nous sommes en nous racontant des histoires affreuses sur ce camp .
        Péhau se situe au bord de mer , à 50 mètres près , dans un ocean de sable , de caillasses , de végétation courte et souvent piquante , occupé aussi par de petites bêtes pas sympathiques qui rampent , qui piques , enfin tout pour rendre heureux .Les bâtiments sont en grande  partie des hangars métalliques en demi-lune et en mauvais état ou nous allons griller , même la nuit ! Les toitures sont partiellement ruinées . On y vit en slip et on cuit quand même avec la sueur qui coule . ( je me demande encore aujourd'hui comment nous avons pu tenir dans ces fours qui mettaient notre  physique a rude épreuve ) . Par contre des anciens nous raconte que lorsque la pluie arrive c'est souvent la douche . Certains sont en meilleur état mais c'est l'infirmerie , des bureaux ou des "pioles" (chambre) de gradés .
        Par contre bonne surprise nos chefs directs , nos instructeurs,sont des sergents sympas , fermes mais pas du tout les monstres avinés que nous avaient promis les anciens sur le bateau .                       
       

Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 19:12
                                                                                         VINGT ANS AU SOLEIL (3)

VERS L'ALGÉRIE .....
         
          Quelques morfalous comme moi , commencent a tourner pour déceler le meilleur endroit ou nous pourrons échanger contre quelques pièces sonnantes et trébuchantes du bien-être pour nos "estomaques" . Contact pris avec la marine nous avons bientôt presque de quoi faire bombance . Nous voyons passer derriere nous des grosses gamelles pleines d'aliments étranges et malodorants destinés aux "hommes". L'encadrement a droit a un repas agréable au carré des officiers .
          Le mal de mer commence a faire ses effets et les morfalous héritent des saucissons et des boites de paté , sortis inutilement des musettes par de pauvres gars qui pensent surtout a donner a manger aux poissons. Un débrouillard a soustrait deux bouteilles de vin initialement destinées a nos accompagnateurs galonnés . Nous nous rassemblons a la pointe du bateau et c'est bientôt "Byzance", expression bien connue des "pioupous" .
             Pour terminer un normand ayant un "pays" cuisinier nous ramène du café et de la gnole.....du pousse café ! Comme les futures militaires veulent se conduire comme des grands , on entend des rots sonores dans la brise du soir . Apres une bonne cigarette , je me cale sur un madrier et sous la voute céleste ou brillent mille étoiles , je m'endors rapidement en pensant à Hélène , ma catalane . Demain sera un autre jour .
                                                                                                             
Partager cet article
Repost0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 15:23
VERS L'ALGÉRIE ......

               Apres bien des péripéties , des gugus ramassés en ville par la patrouille P.M ou la gendarmerie , nous embarquons en camion pour le port . Un lieutenant qui boite sérieusement commande cette troupe dont le comportement n'est pas tres militaire . Le "pôvre" doit étre content d'avoir  un commandement car  je ne le vois pas au combat avec sa jambe abimée .
       Nous faisons connaissance avec notre  bateau de "croisière  " , le Sidi Okba , qui fait la ligne Bône ,Marseille . En arrivant sur le quai , toujours en civil, des "pékins " dit le lieutenant , je trouve que ça sent beaucoup le mouton , regroupés , recomptés, nous nous dirigeons vers nos cabines....... mais non la cale , tout simplement . Alors là , c'est l'horreur ! Au précédent voyage le bateau a transporté dans ces fameuses cales un troupeau de mouton ! Les odeurs sont atroces et la chaleur y est insupportable .
          Bon , c'est décidé je voyagerai sur le pont . Je me dirige vers la proue du "raffiot " et  je repère un coin ou je serai très bien . Les gars ramassés en ville qui voulaient voir les putes , arrivent , encadrés par la PM (police militaire) et sont dirigés directement dans une cale annexe dont ils ne serons extraits que quelques heures pendant le voyage .Pour eux , l'armée ça commence bien  !
          Un gars sur le pont joue  de l'harmonica , nostalgie , déja . Je me dirige vers l'arriere du bateau pour voir arriver le remorqueur qui va nous déhaler . Je m'amuse en regardant des passagers qui se bouchent le nez pour rejoindre leur cabine et pourtant je ne sens même plus l'odeur des moutons .
          Quelques coups de sirène et le bateau a comme un leger frémissemen
et trace son sillage dans le port . Le remorqueur nous abandonne et nous dépassons le môle . Je regarde la "Bonne Mère" qui s'éloigne . Adieu,belles filles nous partons vers l'aventure . Dernier vision de la terre de France , le chateau d'If .
 (a suivre) 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : le blog de Jean Le Francilien
  • : journal d'un vieux raleur mais bon coeur , a fait son service militaire en Algérie 1954, 55,56 , ancien para pour le sport et pas pour la guerre , viscéralement a gauche pour la justice et la liberté .
  • Contact

Profil

  • jean le francilien
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !
  • suis raleur , critique, mais bon coeur . J'admets tres bien l'humour mªme sur mon physique de vieux pépé. J'aime la jeunesse qui en général me le rend bien . J'aime la vie avec passion !

Texte Libre

IL ÉTAIT MON AMI , MON CONFIDENT ......

..... NOUS NE T'OUBLIONS PAS MON TIGROO ......LA DOUCEUR MÊME ......CELUI QUI T'A TUÉ EST UN MONSTRE , IL PAIERA SA MÉCHANCETÉ .....

LE JARDIN DE MA FEMME 0222

Il était très beau ......RSCN0209                                              avec son frère ,ils ne se quittaient pas ....

LES-CHATONS 0627

Là,après le premier plomb,devenu borgne.....le deuxième dans l'oeil droit ,un an après , l'a tué !

Recherche

Texte Libre

Archives